A retenir

  • Le printemps avance de plusieurs jours par décennie pour certaines espèces d’arbres.
  • Cette avancée risque d’être ralentie par le manque de froid en hiver.
  • Le rythme d’avancée du printemps est particulièrement rapide en altitude où l’absence de froid n’est pas encore un facteur limitant.
Voir l'indicateur ➞

Problématique : la “phénologie” et le climat

Le vivant est très lié au climat. Les cycles saisonniers des espèces, c’est-à-dire de leur “phénologie” sont dictés entre autres par les températures. Les arbres en montagne en sont un bon exemple.

Pertinence : un printemps plus précoce en fonction des espèces

Le débourrement avance de près de 6 jours par décennie chez certaines espèces alors que d’autres espèces répondent moins à la hausse des températures. Un printemps précoce expose cependant les arbres à un risque de gel.

Evolution qui connaîtra des limites

L’avancée du printemps se poursuit mais à un rythme moindre. Elle n’est pas sans limite car d’autres facteurs, le froid hivernal notamment, contrebalancent la hausse des températures printanières dans l’évolution des cycles saisonniers des arbres. De ce fait, les arbres de haute montagne pourraient “rattraper” le cycle des arbres de plus basse altitude.

Perspectives : plus d’arbres ?

La saison de végétation des arbres s’allonge, d’autant qu’ils gagnent aussi sur l’automne. Toutes choses égales par ailleurs, ils s’en portent mieux et se déploient plus haut en altitude.

Sources

Partenaires

Autres enjeux qui pourraient vous intéresser...

Enjeux

Des herbivores à tous les étages

La distribution des herbivores est très dépendante de l’évolution de la végétation. Comment ces espèces vont-elles s’adapter aux modifications des saisons et de la composition des milieux ?

Enjeux

Le Mont-Blanc voit rouge

Les températures, si déterminantes pour la vie en montagne, augmentent. Les conséquences varient d’une saison à l’autre.

Enjeux

Double tranchant pour les grenouilles

Espèce commune à basse comme à haute altitude, la grenouille rousse est emblématique des effets, parfois contradictoires, du changement climatique sur le vivant.

Enjeux

Recul marqué de l’enneigement

La neige est une caractéristique propre à la montagne. Sa disparition à certaines saisons et altitudes est un changement majeur pour le vivant.

Indicateurs en lien qui pourraient vous intéresser...