A retenir

  • Les températures augmentent rapidement dans le Mont-Blanc: +2°C depuis 1864 et +3°C d’ici 2050 par rapport à la période 1981-2010.
  • La hausse est plus marquée au printemps et à l’été. Or le printemps est une période-clé pour les organismes vivant en montagne.
  • Les conditions de vie pour la faune et la flore et donc les paysages s’en trouvent complètement modifiés.
Voir l'indicateur ➞

Problématique : une hausse des températures plus forte qu’ailleurs

Les températures annuelles moyennes ont augmenté dans le massif du Mont-Blanc d’environ 2° C depuis 1864, deux fois plus qu’à l’échelle moyenne de la planète pour la même période (+ 0.9° C). Si nous poursuivons au même rythme nos émissions de gaz à effet de serre, le massif se réchauffera encore d’environ 3°C en 2050 par rapport à la période 1981-2010.

Pertinence pour les milieux de montagne

Les paysages de montagne sont très fortement structurés par la température et ses variations entre deux altitudes, entre deux versants, etc. Chaque être qui peuple ces espaces, animal ou végétal, est adapté à des températures parfois extrêmes et des saisons très marquées. La photosynthèse, les dates de reproduction des plantes et de nombreux animaux, et l’existence même d’une espèce à une certaine altitude sont dictées par la température.

Versant Chamonix

Evolution d’indices-clés

La hausse des températures moyennes annuelles n’est pas un chiffre qui suffit à appréhender finement les impacts sur les milieux naturels. Accumulation de chaleur au printemps, nombre de jours de gel, nombre de jours de canicule, autant d’indicateurs plus précis pour une meilleure compréhension des transformations en cours.

Perspectives pour le vivant

Les saisons perdent le nord, les milieux naturels également. Les gradients de température qui structurent les versants sont rapides et entraînent des bouleversements de paysages et de conditions de vie de tous les organismes d’altitude, y compris des activités humaines.

Sources

Partenaires

Autres enjeux qui pourraient vous intéresser...

Enjeux

Recul marqué de l’enneigement

La neige est une caractéristique propre à la montagne. Sa disparition à certaines saisons et altitudes est un changement majeur pour le vivant.

Enjeux

Des herbivores à tous les étages

La distribution des herbivores est très dépendante de l’évolution de la végétation. Comment ces espèces vont-elles s’adapter aux modifications des saisons et de la composition des milieux ?

Enjeux

Des géants glaciaires à genoux

Les glaciers, emblèmes du massif, s’effacent petit à petit. Un défi pour l’Homme mais de nouveaux espaces pour le vivant ?

Enjeux

Double tranchant pour les grenouilles

Espèce commune à basse comme à haute altitude, la grenouille rousse est emblématique des effets, parfois contradictoires, du changement climatique sur le vivant.

Indicateurs en lien qui pourraient vous intéresser...